Du papier, du papier et encore du papier.

Beaucoup de beau papier arrivés au bureau entre hier et aujourd’hui.
Le nouveau Citizen K, le nouveau Vogue, le nouveau Wallpaper, le nouveau Numéro et le nouveau I-D. Ils sont tous remplis de publicité, Numéro tout particulièrement, plus que d’habitude. Les marques ont peut-être enfin compris l’intérêt de ces publications et commencent à sortir du trip ruineux Madame Figaro – Elle – Marie Claire. De toute façon la publicité est obligatoire. Elle ancre une marque dans la tête des gens, elle permet des parutions et est radicalement indispensable pour faire rentrer des clients dans les boutiques. Seules quelques marques survivent sans cet outil, comme Barbara Bui ou Christian Louboutin. Snobisme des rédactrices de mode qui les placent dans leurs photos sans contrepartie.

J’ai trouvé une nouvelle assistante, franco-italiano-iranienne de son état, quadrilingue, jeune et à première vue plutôt futée. Je déjeune dans un restaurant glauque mais très bon, Il Barone, derrière le Luxembourg (si vous êtes beauf, dîtes « luco », si vous êtes de la haute société, dîtes « lux », comme la lessive), avec mon père, un de ses amis écrivains accompagné de son ex-femme, chic, lasse et élégante. Les trois viennent de finir un bouquin, moi j’ai fini un magazine : question de génération ? L’écrivain, Jean-Christophe Grangé en l’occurrence, auteur entre autres des Rivières Pourpres, trouve que tout le monde est soit con, soit moche, soit vulgaire, soit grotesque : j’adore. Les gens qui trouvent que « cette fille est vraiment géniale » et que « ce mec est vraiment une crème » m’épuisent. Je préfère les gens qui disent du mal des autres, je préfère encore ceux qui disent du mal des autres aux autres, c’est-à-dire qui leur balance en pleine poire leur façon de penser. Mais c’était encore mieux quand on avait le droit de fumer dans les restaurants.



Laisser un commentaire

Sang pour sang moi... |
Morganebib |
LE BLOG DE BEST SELLER ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | JETBOOKS Critiques de livre...
| Le Calice Noir
| ma vie