Debat – Public Sénat – La « jungle » de Calais



Murmures

Christiane Taubira a le mérite de connaître des poèmes par cœur dans une époque et parmi ​une classe politique analphabètes ; elle a le mérite de discourir sans notes dans une époque amnésique. Elle a de nombreux défauts, elle est grandiloquente, sentencieuse, souvent un peu bordélique dans ses argumentations, de nombreux anciens collaborateurs jugent qu’elle ne manifeste pas un grand sérieux à l’ouvrage. Elle est narcissique, avide de médiatisation, comme la plupart des hommes et femmes politiques. Et puis ses envolées sont peu suivies d’effet. Qu’a-t-elle fait pour les prisons françaises ? Qu’a-t-elle modernisé de notre justice si complexe, si lente, si archaïque ? Au fond, on ne peut mettre à son actif que le mariage pour tous, belle réforme qui est aussi la seule de tout le mandat de François Hollande. Ce dernier vient donc de se séparer de celle qui a porté, avec grande classe, le seul véritable changement intervenu grâce à lui.

Partir pour ne pas se renier

La réponse cafouilleuse de la gauche aux attentats du 13 novembre porte un nom : la déchéance de nationalité. En ordre dispersé, dans la cacophonie, les socialistes s’apprêtent à entériner cette mesure,​ à laquelle Christiane Taubira s’est publiquement opposée. Pour ne pas se renier, il valait mieux en effet, pour cette dernière, quitter le gouvernement. Elle est remplacée par quelqu’un qui, s’asseyant sur la séparation des pouvoirs, proposait récemment une fusion entre le ministère de l’Intérieur et celui de la Justice, idée dangereuse à souhait dans un pays régulièrement condamné par la Cour européenne des droits de l’homme pour différents abus de ses organes répressifs.

À n’en pas douter, messieurs ​Urvoas et Valls sauront s’entendre, puisque le Premier ministre n’a pas hésité à déclarer qu’il entendait maintenir l’état d’urgence… jusqu’à l’éradication de Daech ! Ou comment les pouvoirs sont toujours tentés d’abuser des prérogatives exceptionnelles qu’ils s’arrogent par gros temps.​ ​Je regretterai personnellement madame Taubira et ses alexandrins, ses étoles en soie aux couleurs d’agrumes,​ sa fantaisie, sa légèreté et sa joie. Il fallait sans doute à la France un garde des Sceaux plus soucieux de faire bouger son administration, mais il fallait en tout cas quelqu’un qui lui fasse honneur, et c’était le cas.



Sang pour sang moi... |
Morganebib |
LE BLOG DE BEST SELLER ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | JETBOOKS Critiques de livre...
| Le Calice Noir
| ma vie